Le « panneau d’affichage orbital » de SpaceX ne peut pas être vu de la Terre

Vous souvenez-vous lorsque nous parlons de cette « orbitale de panneau publicitaire », le résultat d’un partenariat (non encore signé) entre SpaceX et la start-up canadienne GEC ? Eh bien, compte tenu des diverses réactions montrées, certaines personnes sont venues publiques pour dire que vous ne pourrez même pas le voir depuis la Terre.

Cela peut vous intéresser : Un bloc sanitaire préfabriqué

A lire en complément : Atlas Fan, marque américaine haut de gamme de ventilateurs

Le site Web de NPR a rappelé à ses lecteurs que le satellite qui « exposera les humains à la propagande spatiale » est un CubeSat. Plus précisément,

A lire aussi : De nouvelles saveurs à découvrir avec Obvious Liquids

ce CubeSat…

Lire également : YouTube Premium : comment télécharger des vidéos via le navigateur

A lire aussi

CubeSat est si petit qu’il tient sur une table, et ce n’est pas le meilleur choix pour les grands écrans. Image : Wikimedia Commons/Lecture

C’est un détail important : CubeSat est un type de satellite d’études au format cubique, avec une taille minimale de 10 x 10 x 10… centimètres (cm). Cela ne suffisait pas, son poids maximal atteint même 1,5 kilogramme (kg) et peut même être porté à la main.

Habituellement, les CubeSats sont placés dans l’espace par des lanceurs couplés à la Station spatiale internationale (ISS) ou, comme c’est le cas dans le projet de panneau d’affichage orbital, envoyés à l’étage comme frais secondaires pour une fusée ayant une autre mission principale.

Selon l’annonce faite par GEC à Insider la semaine dernière, ce qui va se passer, c’est que l’écran CubeSat aura un bras attaché qui fonctionnera comme une « perche à selfie ». Ce bras va photo/filmer la publicité affichée sur son écran, la Terre affichée en arrière-plan et diffusera le matériel sur YouTube.

Les entreprises qui souhaitent afficher leurs produits, logos, actions ou messages pourront « parier » sur l’espace avec des cryptomonnaies, comme s’il s’agissait d’une vente aux enchères où celui qui paie le plus sera exposé jusqu’à ce que d’autres viennent dépasser leur valeur.

Et oui, la monnaie en question sera le dogecoin. Le PDG de GEC, Samuel Reid, a supposé qu’il avait cherché SpaceX – et seulement SpaceX – pour être fan du travail de l’entreprise d’Elon Musk. Il est donc logique qu’ils pensent à utiliser la crypto-monnaie dont l’excentrique PDG n’est pas seulement un fan, mais un partisan fidèle et théoriquement un compagnon de travail de ses développeurs.

La situation n’est pas passée inaperçue sur Internet, qui partageait divers mèmes sur le sujet sur Twitter :

« Je vais acheter de l’espace publicitaire sur le panneau d’affichage orbital de SpaceX juste pour afficher cette photo pendant trois semaines ininterrompues », a déclaré l’internaute Michael Kofi, affichant une photo d’Elon Musk à l’époque PayPal où il était assez chauve et des années avant une greffe de cheveux.

En tout cas, on ne sait pas encore si le projet va aller de l’avant : SpaceX a le concept à portée de main, mais l’analyse devrait prendre beaucoup de temps. L’entreprise a d’autres priorités plus élevées entre les mains de ce